Categories
Non classé

économie du bonheur

Force est de constater que l’économie du bonheur connaît un succès grandissant, tant auprès des chercheurs, des individus que des institutions. L’accroissement du nombre de revues et de publications, d’initiatives de certains gouvernements et d’institutions permet de s’en convaincre. Cette reconnaissance n’implique pas pour autant consensus ; ainsi pour certains, les économistes ne devraient pas tant se réjouir des recherches sur le bonheur (Barrotta 2008, Illouz et Cabanas 2018) alors que pour d’autres, le bonheur révolutionne l’analyse économique (Frey 2008). La coexistence entre « l’happycondriaque » et le révolutionnaire du bonheur, ou encore le « surfeur opportuniste de la vague du bonheur » ne doit cependant pas occulter le sérieux des recherches sur le bonheur et l’émergence d’une véritable science du bien-être subjectif.

Nous présentons les prémices de l’économie du bonheur, pour ensuite nous interroger sur la question de la mesure du bonheur et l’utilisation de résultats dans la mise en œuvre de politiques économiques. Nous conclurons par la présentation de données empiriques en Europe.

Lire davantage sur https://opee.unistra.fr/spip.php?article390

Categories
Non classé

Microvoyage et bonheur

Découvrez les joies du microvoyage sur microtravelers.org

Une promenade à Paris dans le post suivant: https://microtravelers.org/2021/02/08/cotton-clouds-freely-roaming-around/

Categories
Non classé

consommation et bonheur

La théorie de la consommation répond à trois questions principales portant sur les richesses : quels sont les biens et les services dont on use à titre de richesses ; en quel lieu de vie, en quel espace et en quel temps s’exerce l’usage des richesses ; quels sont les désirs, les besoins ou les préférences investis dans l’usage des richesses. En répondant à ces questions, la théorie de la consommation se rattache immédiatement à la théorie du bonheur. Davantage sur https://books.openedition.org/septentrion/16307?lang=fr

Categories
Non classé

hédonisme et eudémonisme

Qu’est-ce que le bonheur ? Tout le monde en parle, nous le connaissons tous et en faisons l’expérience, mais il s’agit d’une notion difficile à définir. De nombreux philosophes et penseurs de toutes sortes ont essayé d’étudier les mystères de cette émotion ; parmi eux, nous pouvons trouver Aristote, qui pensait que le but ultime de l’homme était le bonheur, ou Epicure, qui croyait qu’il s’agissait du fondement de la vie. Nous passerons en revue dans cet article ce que la psychologie nous dit au sujet du bonheur, et plus précisément de l’eudémonisme et l’hédonisme.

Davantage sur https://nospensees.fr/leudemonisme-lhedonisme-deux-facons-dexperimenter-bonheur/

Categories
Non classé

croissance et bonheur

La crise de la finance mondiale a semé le doute quant au modèle de vie des sociétés industrielles et aux indicateurs de croissance habituels. Indépendamment ou non du rêve de la « croissance zéro » qui avait vu le jour voici bientôt 50 ans dans le cadre du Club of Rome, la question se pose de plus en plus dans nos sociétés prospères de savoir comment conjuguer bien-être et performance. Dans l’abondante littérature sur cette thématique liée à l’idée de « l’indice du bonheur national brut » appliqué à nos économies, voici plusieurs ouvrages se penchant chacun sur un des nombreux aspects en jeu. Très scientifiquement, le rapport de l’OCDE cherche à identifier des indicateurs permettant de définir (et de suivre) le ressenti du bien-être. Et on ne sera pas étonné de constater que la richesse (personnelle ou celle du PIB) n’est pas nécessairement la clé du bonheur. Dans un autre registre, cette sorte de guide que publie la sociologue et économiste américaine, Juliet B. SCHOR, part du thème désormais classique de « l’enchaînement frénétique » qui accélère course au bonheur et consommation, pour esquisser un mode de vie privilégiant l’épanouissement personnel dont la clé est, selon l’auteur, la réduction du temps de travail. Dans un autre registre, tout aussi anti-consumériste bien que de facture plus récente, deux Français, professeurs d’économie (DE PERTHUIS/JOUVET) se penchent sur le rapport de l’Homme à la Nature – ou plus exactement l’Environnement – et nous proposent un modèle de « croissance verte » à la place des doctrines établies. Mais au fait, comment est née l’idée de la croissance et de la prospérité ? Avec beaucoup d’humour et de sens didactique à la fois, Von WALLWITZ (mathématicien, philosophe et gestionnaire de fonds) nous retrace son cheminement – de Voltaire à Keynes en passant par Schumpeter, Rousseau ou Deng Xiaoping.

Davantage sur https://journals.openedition.org/rea/4663

Categories
Non classé

bonheur et performance au travail

La contribution de la santé psychologique à la performance au travail a fait l’objet de nombreuses études. Bien que la majorité d’entre elles confirment la relation positive entre ces variables, notre compréhension des mécanismes médiateurs et modérateurs sous-jacents demeure embryonnaire. Les fondements théoriques et empiriques du lien existant entre la santé psychologique et la performance sont d’ailleurs très hétérogènes. Cet article théorique vise ainsi à développer un modèle intégrateur des mécanismes explicatifs liant la santé psychologique à deux types de performance (de tâche et innovante). Plus précisément, le modèle propose que la santé psychologique génère des bénéfices proximaux agissant à titre de médiateurs dans sa relation avec la performance, soit des bénéfices cognitifs, motivationnels et sociaux. Il est également proposé que les caractéristiques de l’emploi modèrent ces relations.

Davantage sur https://sciences-et-bonheur.org/2020/06/19/vers-une-conceptualisation-integrative-des-mecanismes-explicatifs-liant-la-sante-psychologique-a-la-performance-de-tache-et-innovante-au-travail-jean-simon-leclerc-viviane-masciotra-jean-sebastien/

Categories
Non classé

Identité professionnelle et bonheur

Considéré comme un indicateur positif de santé, le bien-être est au cœur des problématiques de santé publique. L’objectif de notre étude, basée sur la théorie de l’affirmation de soi, visait à examiner les déterminants et les processus favorisant le maintien du bien-être psychologique au travail (BEPT). Nous faisions l’hypothèse que l’affirmation positive de soi pourrait médiatiser le lien entre l’identité professionnelle et le BEPT. 178 participants (âge : = 35.71, σ = 11.61) de différents secteurs d’activité ont répondu à notre questionnaire. Les données ont été analysées en recourant à la modélisation par équations structurelles. Les résultats obtenus soutiennent que l’identité professionnelle exerce une influence directe et indirecte sur le BEPT à travers l’affirmation de soi positive. Nous avons conclu que la sensibilisation des travailleurs à l’affirmation de soi positive était une démarche qui pourrait fortement les aider afin de développer une identité professionnelle forte, laquelle à son tour, influencerait positivement le BEPT. Les implications de la théorie de l’affirmation de soi et pour la promotion du bien-être psychologique au travail sont discutées.

Davantage sur https://sciences-et-bonheur.org/2020/06/19/identite-professionnelle-et-bien-etre-psychologique-au-travail-effet-mediateur-de-laffirmation-de-soi-positive-murielle-ntsame-sima-et-natalia-telles-homberger/

Categories
Non classé

rsiques psychosociaux et QVT

Bien que la démarche d’amélioration de la santé au travail soit l’objectif des politiques de prévention des risques psychosociaux (RPS) et des plans de qualité de vie au travail (QVT), elles sont pourtant fréquemment opposées dans les discours. Or, la santé au travail est aujourd’hui l’affaire de tous les acteurs du travail et même au-delà faisant des RPS et de la QVT non pas des approches qui s’opposent, mais bien des approches de la santé au travail à la philosophie complémentaire permettant d’articuler les politiques qui en découlent. Cette réflexion mènera ainsi à interroger le rôle de chacun en matière de santé au travail dans un cadre juridique et éthique.

Davantage sur: https://sciences-et-bonheur.org/2020/06/19/risques-psychosociaux-et-qualite-de-vie-au-travail-une-articulation-au-prisme-du-droit-et-dune-approche-ethique-loic-lerouge/

Categories
Non classé

Burn out, quand le travail perd son sens

Christina Maslach, chercheuse en psychologie sociale, compte parmi ceux qui ont contribué à développer le concept de burnout. Dans un texte datant de 1993, elle relate comment les recherches qu’elle a menées au cours des années 1970 l’ont conduite, un peu par hasard explique-t-elle, à découvrir elle aussi le syndrome d’épuisement professionnel, alors qu’elle s’intéresse aux stratégies utilisées pour faire face aux états d’activation émotionnelle, en particulier l’inquiétude distante et l’objectivation comme autodéfense

Davantage sur : http://scholar.google.ch/scholar_url?url=https://www.researchgate.net/profile/Christina_Maslach/publication/277816643_The_Maslach_Burnout_Inventory_Manual/links/5574dbd708aeb6d8c01946d7.pdf&hl=fr&sa=X&ei=zvhFYJeZBo6KmgHnl76gDQ&scisig=AAGBfm3Sr9GdjYT2iomESAkCMNUmOb8Ezw&nossl=1&oi=scholarr

Categories
Non classé

Le nudge, la clé du bonheur collectif?

La théorie du nudge ou “coup de coude” en anglais, a été développée par le prix Nobel d’économie 2017 Richard Thaler. Cette technique issue de l’économie comportementale se propose d’influencer nos comportements dans notre propre intérêt. Une approche qui intéresse les pouvoirs publics. Davantage sur https://www.franceculture.fr/emissions/hashtag/connaissez-vous-le-nudge